ARMES A FEU OU A DISTANCE

 

Arbalète

Les arbalètes ne sont plus guère utilisées, car trop longues à recharger pour une puissance de feu très inférieure aux mousquets. L’arbalète est aussi trop encombrante pour être portée ailleurs qu’à la main ou dans le dos. Elle garde toutefois les deux avantages non négligeables de ne pas craindre l’eau et d’être relativement silencieuse. Les deux mains sont nécessaires pour tirer correctement avec cette arme.


Arc

Il avait été remplacé sur le vieux continent par l’arbalète quelques siècles plus tôt, limitant son usage à la chasse. L’arc reste sur le Nouveau Monde l’arme de prédilection des autochtones. Il regagne d’ailleurs quelques européens fatigués des armes à feu, limitées à un seul coup par combat par leur temps de recharge prohibitif. L’arc, quant à lui, offre la possibilité de tirer tous les Tours.


La Grenade

La grenade est une arme d’artillerie assez spéciale, puisqu’elle se suffit à elle-même. Elle comporte une carcasse ronde en fonte ou en argile qui, en se fragmentant lors de l'explosion, projette des débris abrasifs à grande vitesse sur les malheureux se trouvant à moins de trois mètres d’elle. Ceux ci ne pourront l’éviter qu’en plongeant à l’abri ou suffisamment loin, risquant tout de même d'être touchés par des éclats de fonte perdus. La grenade s’allume par une mèche que le lanceur devra allumer à la bonne longueur pour qu’elle explose au moment voulu. Inutile de dire que le moindre faux mouvement risque de lui être fatal. Pour plus de précision, les grenadiers de marine, qui ne sont pas légion, ornent leurs grenades de pointes, pour qu’elles se plantent sur le bois du pont.


Mousquet

Le mousquet est la seule qui mette en danger un homme situé à deux cent pas de vous. Il vous faudra bien viser, car la recharge d’un Mousquet est longue. La mèche a été remplacée vers le milieu du XVIème Siècle parle chien actionné par une gâchette, ce qui le rend bien plus maniable, et surtout, permet de l’utiliser en dehors des grandes batailles rangées. Vous pouvez maintenant mettre le feu aux poudres quand bon vous semble. Une seule arme est plus efficace que le mousquet contre des hommes : le canon chargé à mitraille, qui crache mille billes de mousquets dans une nuée mortelle.


Fusil de Boucanier

Les boucaniers importent leurs fusils de France, où ils les achètent chez l’un des deux meilleurs fabricants de fusil du pays. Ces fusils rares n’ont pas leur égal, et les boucaniers y sont attachés plus qu’à tout au monde. Ces fusils sont fabriqués par les sieurs Brachie, à Dieppe et Gelin, à Nantes et sont d’une qualité inégalée. Le fusil de boucanier mesure 1m35 de long et tire des balles conséquentes de 16 à la livre, c’est à dire de trente grammes. La poudre fabriquée à Cherbourg, d’une grande qualité, s’appelle d’ailleurs poudre de boucanier.


Pistolet

Le pistolet, version plus portable du mousquet, existe en deux versions différentes, chacune s’adaptant à un besoin précis, le pistolet de ceinture et le petit pistolet. Le petit pistolet est utilisé lorsque la discrétion prime sur la puissance de feu. Il peut tenir dans une large poche et passer ainsi inaperçu, idéal pour une « faible » femme ou un conspirateur. Sur les champs de batailles ou lors d’un abordage, vous trouverez plutôt le pistolet de ceinture, dans la main gauche d’un Flibustier par exemple, ou accompagné d’un de ses pareils à la ceinture dudit Flibustier. Le pistolet de ceinture allie maniabilité et puissance et reste l’une des trois armes primordiales d’un pirate : son sabre, sa dague et son pistolet.


Sarbacane

La sarbacane ne tire pas son efficacité des dards fins et légers qu’elle projette, qui seraient incapables de blesser par leur seul impact un animal plus gros qu’un petit oiseau. Elle s’appuie sur la très grande portée que lui confère sa taille de 3 mètres de long, sa précision à toute épreuve, et le curare qui recouvre ses projectiles. Le curare n’est pas un poison a effet fulgurant, car il met une minute avant d’agir, mais tue sûrement sa victime. Les muscles de celle-ci se raidissent, si bien qu’elle se met à trembler.

Mains_Nues.html
lexique.html