Armature

 

Quille


    C'est une vaste poutre de bois qui commence la construction d'un bâtiment que l'on construit et qui lui sert de base. Pour les grandes longueurs, elle est
assemblée par un assemblage à onglets, dit à Ecart de quille (Trait de Jupiter). А ses extrémités, on élève étrave et 1'étambot, et sur la surface intérieure on la recouvre de la contre-quille, qui reçoit les entailles dans lesquelles on encastre les varangues des couples. En outre, sa face inférieure est recouverte de la fausse-quille, sorte de bordage épais qui la préserve du premier choc dans les échouages.


Étrave


    L’étrave est elle aussi une poutre de bois, qui part de la quille et forme l’avant du navire : c’est la partie qui ouvre la vague. Par extension, on appelle aussi étrave la coque autour de cette poutre. L’étrave peut donc être bombée, afin de porter des charges, ce qui apporte l’avantage d’éviter d’enfourner, c’est à dire de plonger dans la vague. Au contraire, une étrave fine fend mieux la vaque au près.

    Sur les galères, l’étrave est pourvue d’un éperon, pour perforer la coque ennemie à pleine vitesse. Lorsque deux navires abordent, ils évitent, par contre, de se heurter de plein fouet, pour ne pas souffrir de trop de dommages et ne pas endommager leur étrave. En effet, une étrave en mauvais état ralentit considérablement le navire et le fait prendre l’eau. Noter. En général aux XV-XVIII° siècles, l’étrave prend la forme proche d’un quart de cercle


Étambot & Gouvernail


    L’étambot est une pièce de bois qui part de la quille comme l’étrave mais est située à l’arrière de la coque. L’étambot, vertical, (Légèrement incliné vers l’arrière d’un angle nommé Quète) a surtout pour fonction de solidifier la poupe du navire, que les règles de construction rendent fragiles (Non : de recevoir les ferrures du gouvernail).

    Le gouvernail est fixé sur l’étambot, qui n’est donc pas la pièce située la plus à l’arrière du navire. Le gouvernail
plonge dans l’eau jusqu’à la quille et s’articule sur l’étambot. Il permet de modifier la direction du bateau, par l’intermédiaire de la barre. Sur les petits navires, la barre est une barre franche, ou pièce de bois horizontale fixée sur le gouvernail. Lorsqu’on se trouve au vent de la barre, on la pousse pour lofer et la tire pour abattre. La barre franche permet une bonne sensibilité de barre, mais nécessite un effort énorme à manipuler sur les gros navires, car on actionne directement le gouvernail. Elle est avantageusement remplacée sur ces vaisseaux par la barre à roue. La barre à roue est une sorte de volant, qu’on manipule de la salle des cartes ou de la dunette, et qui est reliée par un engrenage situé dans la timonerie, au gouvernail. La démultiplication des forces permet à un seul homme par temps calme de la manipuler, mais quatre hommes sont quand même nécessaires par gros temps pour la tenir.


Couples & Baux


   
Les couples sont des pièces de bois qui ressemblent à des coupes latérales de la coque. En effet, comme les côtes d’une cage thoracique, ils donnent à la coque sa forme, afin de la solidifier. Le bordé est cloué sur les couples, qui sont eux-mêmes encastrés dans la quille. Les extrémités des couples, situées de part et d’autre du navire sont reliées par une grosse pièce de bois : le bau, sur lequel est cloué le pont.


Coque, Bordé


    Les longues planches de bois, parfois épaisses d’un demi-mètre, qui forment la coque, sont clouées sur les couples et appelées le bordé. Le bordé, posé horizontalement sur les couples verticaux est plié pour épouser la forme esquissée par l’ensemble des couples. Sa forme lui est donnée en le forçant dans cette position tout en le baignant (après l’avoir soumis à une longue étuve) dans de la vapeur d’eau pour lui donner de la flexibilité. Le point le plus difficile est d’arriver à joindre le bordé des deux côtés de la coque au niveau de l’étrave, où la courbure est très forte.

    Quand la coque est percée de trous de boulets de canons, le bordé est remplacé sur ces régions. Lorsque les couples sont endommagés par les boulets, la structure est dangereusement fragilisée, d’autant plus qu’il est difficile de remplacer un couple, qui touche un grand nombre de lattes de bordé, sans désosser toute la coque.


Pont


Sur les plus petits navires, on ne trouve qu’un seul pont, qui sépare la cale de l’air libre. Les lattes qui forment le pont sont minces et donc fragiles. Sur les plus gros navires, on peut compter plusieurs ponts, du premier jusqu’au troisième par exemple, le premier pont étant le plus bas. Le pont supérieur, celui qui donne sur l’air libre, est appelé tillac.

 
Armature.html
Greement.html