LA nao

 

    Le mot "Nao" (caraque) apparaît pour la première fois dans la Chronique d'Alphonse XI de Castille, en 1343. Signifiant simplement «navire», le terme a été utilisé d'une manière très générale au premier abord. Il implique un navire avec un ou deux mâts et par des voiles carrés, tels que ceux présentés à "Las Cantigas" d'Alphonse X. Du temps de Colomb la nao a été employée comme navire marchand, ce n'est que plus tard qu'elle sera utilisée pour la guerre. Les proportions de la nao, ont été exprimées par la formule 1:2:3 pour la largeur, la longueur de la quille et la longueur hors tout comme dans Garcia del Palacio Nao de 400 tonnes, soit pour la profondeur, la largeur et la longueur totale selon Thome Cano et Escalante de Mendoza, bien que le dernier de ces auteurs a recommandé une profondeur égale à 0,45 de la largeur des naos.

    Cette formule n'a pas toujours été appliquée uniformément ni appliquée à toutes les naos, ce qui a donné des naos de proportions variées. En outre, la charge en tonneaux n'était pas clairement définie, car les unités de mesure variaient de région à région.

Dans un premier temps, les naos en Méditerranée étaient seulement gréés de voiles latines (dit Northem par les marins, même si ce type de voile est en fait d'origine de la côte arabe). Vers le milieu du quatorzième siècle, la voile latine a été remplacée par une voile carrée sur les grands navires, et ne reste que sur de petites embarcations côtières et de pêche. Le simple mât de et la voile au gréement latin devient deux mâts.

    Le grand mat portait une seule voile carré, et un mât d'artimon portant une voile latine. Les deux grands avirons de direction que étaient utilisés en Méditerranéen jusqu'au alentour de la fin du XIII siècle avait été remplacé par un simple gouvernail qui s'attachait à l'étambot. En outre, l'évolution du gréement a abouti à l'apparition d'une misaine sur le gaillard d'avant, également porteur d'une voile carrée. Le trois-mâts était né.

La Santa Maria est une nao.

Les_bateaux_de_C._Colon.html
La_Santa_Maria.html