LA niña

 

La Nina considérée comme la plus petite des deux caravelles avaient comme propriétaire Juan Niño de Moguer (Huelva, dans le sud de l'Espagne), qui a pris part au premier voyage en tant que maître, et comme capitaine Vicente Yáñez Pinzón de Palos. Son nom original était de Santa Clara, la Sainte patronne de la ville, le nom Niña ("petite fille") est une allusion au nom de famille de son propriétaire. Elle a été construite à Moguer, sur les rives du Rio Tinto, où les compétences espagnoles des charpentiers de marine rivalisaient avec les Portugais à proximité de l'Algarve.

Quelques Mesures du gréement carré de Martinez-Hidalgo

longueur maximale de la coque                         

longueur de la quille                          

Largeur                                               

Profondeur                                   

Déplacement à vide                             Déplacement en charge            

Grand mât hauteur sur le pont           

Misaine hauteur sur gaillard               

Mât d'artimon à l'arrière de hauteur    

Surface de la grand voile                

Surface de la voile de misaine           

Surface de la voile d'artimon             

21,4 m 15,5 m

6,2 m

2,0 m

48,6 t

100,3 t

16,0 m

9,8 m

8,1 m

115,7 m2

40,6 m2

22,5 m2


Christophe Colomb lui-même avait un grand penchant pour la Niña qui, après le naufrage de la Santa Maria, l'a ramené en Espagne. Elle a surmonter les tempêtes qu'ils ont subit le 12 et le 15 février, le 3 et le 4 mars 1493, avant d'arrivé à Lisbonne. L'amiral a écrit dans son journal "Si no fuera la carabela diz que muy buena y bien aderecada, temiera perderse ". En outre, lors du voyage retour, la Niña avaient peu de lest et Colón, après une tempête vers le milieu  Février, s'était hâté de la lester à l'archipel des Açores avec le bois  et les pierres trouvées sur la plage et aussi en remplissant les fûts vide d'eau de mer.

Il a navigué quelques 25.000 miles sur la Niña. Il a fini par devenir propriétaire de sa moitié, et lui-même le capitaine du navire sur le deuxième voyage. Il l'a choisi comme son vaisseau amiral pendant l'exploration de Cuba. Avec elle, Colón est retourné en Espagne en 1496 avec une partie en plus de l'équipage de la Santa Maria à son bord. Retour à Cadix, puis la caravelle fait un voyage en Italie avec une cargaison de vin, au large des côtes de la Sardaigne ou elle a été capturé par des pirates, mais son équipe, avec l'aide de quelques habitants de Palos, qui étaient eux-mêmes parmi les pirates, réussissaient à la gagner par l'arrière. Elle a de nouveau navigué sur le 3 Février 1498, à destination des Indes occidentales à l'occasion du troisième voyage de Colomb qui, en 1499, se trouve dans de graves difficultés financières à cause de la rébellion dans la colonie, et l'a vend à Diego Ortiz.

Le dernier enregistrement de la Nina se rapporte à un voyage qu'elle a fait à ce qu'on appelle la Côte des Perles (Venezuela) en 1501. Cette côte a été explorée par Juan de la Cosa (le propriétaire et maître de la Santa Maria sur le premier voyage de Christophe Colomb), et Alonso de Hojeda en 1499. Les navires qui ont pris part à cette entreprise ont été étudiés par Alice Gould, à qui on doit l'étude la plus fiable des équipages de Colomb.

Ces épisodes, jettent un doute sur l'opinion traditionnelle que la Niña a été la plus petite des caravelles.

Les plans d'Albertis et de Martíner Hidalgo y Terán



Voir les photos de la réalisation 3D.           Voir le petit film sur la Niña

 
La_Pinta.html
le_temps.html