LA santa maria

 

    La Santa Maria, est le plus grand des trois navires utilisés par Cristóbal Colón lors de sa première traversée de l'océan Atlantique en 1492. Ce nom n'a jamais été utilisé dans son journal de bord, il en parlait en disant "la capitana" ou "la Nao". Son capitaine et propriétaire était Juan de la Cosa.


Quelques Mesures de Martinez-Hidalgo

Longueur maximale de la coque                         

Longueur de la quille                          

Largeur                                               

Profondeur                                   

Déplacement à vide                             Déplacement en charge            

Grand mât hauteur sur le pont           

Misaine hauteur sur gaillard               

Mât d'artimon à l'arrière de hauteur    

Surface de la grand voile                

Surface de la voile de misaine           

Surface de la voile d'artimon             

29,6 m 16,1 m

7,9 m

3,2 m

104,6 t

223,8 t

26,6 m

15,9 m

9,7 m

165,9 m2

40,0 m2

27,5 m2

    

    Le Santa Maria est une petite caraque, ou "nao", d'environ 29 m de long, sur environ 7 m 90 de large avec un tirant d'eau de 3 m et de +/- 230 tonneaux, utilisé en tant que navire amiral. Elle transportait 40 hommes. La Santa Maria a été construite probablement de pins et de chênes des forêts environnantes.


    Nous n'avons aucune représentation graphique des bateaux de Cristóbal Colón.


    Le Santa Maria a eu à l'origine le nom de La Gallega, parce qu'elle a été construite en Pontevedra,  en Galice. Il semble que le navire était connu par ses marins comme Marigalante.

Bartolomé de Las Casas n'a jamais utilisé le nom de la Gallega, Marigalante ou de Santa Maria dans ses écrits, préférant utiliser la Capitana ou La Nao.


    Le Santa Maria a un seul pont et trois mâts. Il a été le plus lent des navires de Colón, dans la traversée de l'Atlantique. Elle toucha le 6 décembre l'île d'Hispañola et s'échoue au large de l'actuel site du Mole Saint-Nicolas, sur Haïti 25 décembre 1492, et a été perdue. Les bois du navire ont été utilisés pour construire le fort de La Navidad (Noël), qui fut le premier établissement européen avec 39 hommes.


    La première réplique de la Santa Maria a été construite pour commémorer le 400e anniversaire de la découverte de l'Amérique. Le navire a été construit à Cadiz, et basé sur les recherches menées par une commission présidée par le capitaine Cesareo Fernandez Duro. Sa destination était Columbus World Faire de Chicago, un don de la part du gouvernement et du peuple d'Espagne.

   Elle a navigué à travers l'Atlantique sous le commandement du capitaine Victor M Concas.

Cette réplique a été construite comme une Nao. Ses proportions ont été extrapolées à partir de la longueur hypothétique de la chaloupe du prototype de Santa Maria (la mesure elle-même se révèle être fondée sur une erreur d'interprétation d'une mention dans le journal de bord de Colón). Bien que l'ornement des détails sur les répliques a été inhabituel pour un navire fin du XVe siècle qui a été une période où la décoration était austère. La conception générale de la réplique comme une Nao a trouvé un large soutien parmi les historiens du moment. Plans de Leopoldo Puente 1892


    En 1927, Julio F. Guillén y Tato, lieutenant de la marine espagnole, a produit une étude pour documenter une nouvelle reconstruction de l'historique du navire, publié dans un livre "La Carabela Santa Maria". Il a été le point de départ pour la construction d'une réplique qui figura dans l'Exposicion Iberoamericana, à Séville. Un livre qui non seulement détaille la recherche de l'auteur dans les bibliothèques et les archives, mais également un vaste répertoire de notes sur les observations des auteurs précédents sur les navires de Colón, et Guillen a des motifs de conclure que la Santa Maria a été une Caravelle armée, et non pas une Nao.

   Le livre contient de nombreux dessins dans un style clair et distinct ; pour le non-expert, ceux-ci constituent une précieuse source d’information sur la construction, les mâts, le gréement, les munitions, le matériel, les drapeaux, boucliers et les conditions de vie à bord, tous des éléments essentiels à la connaissance de cette période Guillen a été pendant de nombreuses années, directeur du Museo Naval à Madrid, un membre de l'Academia de la Historia et un écrivain prolifique.

D'autres historiens tels que Gervasio de Artiñano et Pelayo Alcala Galiano ont déjà attiré l'attention sur la décoration anachronique de la réplique de Femandez-Duro. En Angleterre, WS Laird Clowes à exprimée la même préoccupation dans un commentaire sur la réplique que le gouvernement espagnol a présenté à la Science Museum de Londres. Henrique Quirino da Fonseca au Portugal et Enrico d'Albertis en Italie doutent également de l'absolue authenticité de la première réplique. Contrairement à l'opinion de la plupart des historiens et archéologues marins.

    Toutefois, Guillen a examiné la Santa Maria, et dit qu'elle devait être une caravelle. Il a fondé sa conviction sur l'interprétation traditionnelle et sur deux citations du journal de bord de Colón. La nouvelle construction de la Santa Maria comme une caravelle a été réalisée dans le chantier naval Echevarrieta à Cadix, au sud de l'Espagne.


   José Maria Martinez Hidalgo y Teran, commandant de marine espagnole a été le directeur du Museu Maritim à Barcelone pendant 28 ans. Il a consacré 10 ans de travail à la production de nouveaux plans et de modèles des navires de Cristóbal  Colón. La  réplique grandeur nature de la Santa Maria exposée à la New York World Fair de 1964-5 était fondée sur son travail.

   Howard I Chapelle, nommé par la Smithsonian Institution en tant que conseiller lors de la construction de la réplique et traducteur anglais du livre de Martinez-Hidalgo "Los Naves de Colón".

    Martinez-Hidalgo est convaincu que la première interprétation de la Santa Maria comme Nao a été correcte, et ses théories ont été soutenues par des experts maritimes internationaux, tels que RC Anderson, Bjorn Landström Heinrich et Winter. Le promoteur de l'idée d'une nouvelle reconstruction était Laurent Wineberg.

    La construction de la nouvelle réplique a été réalisée par les "Astilleros Cardona", mais le navire n'a pas fait sa traversée de l'Atlantique. Elle a été engagée sur le cargo Allemand Neidenfeld à Barcelone, devant une foule de badauds, en destination de New York.

La réplique a été à l'Mench's Boulevard, Flushing. Même si elle pesait 80 tonnes et près de 30 mètres de longueur, elle a parcouru les trois miles posée sur un transporteur. Le New York Times décrit ce voyage comme «complexe et avec plus d'incidents que le véritable navire dans la mer des Sargasses. Selon les habitants du Queen's District de New York,  le passage de la réplique est la chose la plus importante qui n'avait jamais eu lieu là bas. Il a été nécessaire de couper des branches d'arbres et de démanteler les câbles de téléphone et le câblage électrique le long de la route, et l'autorisation de quatorze autorités distinctes était nécessaire. Pas moins de quatre-vingt-neuf techniciens supervisaient toute la route, et le navire a été escorté par une flottille de voitures de police.

    Après une étape de plus de deux miles, elle est arrivée à Meadow Lake, au cœur de la Foire, où elle est restée, à quai et exposé au public.

    Les vastes recherches ont servi à confirmer la validité des conclusions de Martinez-Hidalgo sur les navires de Colón. Il est largement admis que ses reconstructions on fourni la plus proche approximation possible des caractéristiques des navires, qui ont réalisé la découverte de l'Amérique. Les nouvelles répliques de l'ensemble des trois navires achevés pour le 500e anniversaire du voyage de Colomb, sont basées sur son travail.


    La construction de trois répliques pour commémorer le 500e anniversaire du voyage de Cristóbal Colón ont été réalisées en Espagne par l'Instituto de Histona y Cullura Naval de España. Le Nao Santa Maria a été construite par Astilleros Viudes de Barcelone, La caravelle Pinta par Astilleras Reunidos de Isla Cristina, Huelva, et la caravelle la Niña par Carthagène Dockyard.

    En Octobre 1992, tous trois navires traversèrent l'Atlantique, retraçant  le voyage de la flottille de Cristóbal Colón il y a 500 ans.



Voir les photos de la réalisation 3D.

 
La_Nao.html
La_caravelle.html